Israel Nature Photography by Ary

Comment bien choisir son trépied pour la photo nature

Il y a quelques semaines je vous avais présenté les trois accessoires indispensables en photo Nature. Parmi eux, le trépied. Mais le choix d’un trépied est loin d’être facile, il y a beaucoup de différents critères à prendre en compte. Surtout pour un premier achat, il y a de bonnes chances de choisir un modèle qui ne répond finalement pas à vos besoins et d’être frustré.

Je reçois régulièrement des demandes de renseignements de photographes débutants autour de moi qui voudraient acheter leur premier trépied mais ne savent pas comment choisir. Parmi eux, Shira une de mes anciennes élèves, qui, après une longue conversation téléphonique a ce sujet avec moi, m’a aidé à résumer tout cela dans cet article. Espérons que cela vous aidera également.

Pour sélectionner un trépied il faut prêter attention à plusieurs critères. Malheureusement, il n’y a pas de trépied parfait, il faudra parfois faire un compromis entre les différentes caractéristique pour choisir au final le trépied qui correspondra à vos besoins et vous satisfasse longtemps.

Avant d’entrer dans les détails de chaque critère, un petit rappel des différentes parties constituant un trépied de manier a être sur de comprendre de quoi je parle par la suite :

parties du trepied FR

les différentes parties d’un trépied

Budget

La grand-mère d’un de mes amis disait toujours:  » Je ne suis pas assez riche pour acheter pas cher »
Cette phrase est parfaitement adaptée a l’achat d’un trépied. Vous trouverez facilement des trépieds vraiment pas cher sur Internet. La plupart du temps il ne vaut mieux pas s’y intéresser. La qualité de construction est souvent insuffisante, les vis manquent de précision, le trépied est peu stable ou peu pratique a utiliser et ce ne sont que quelques-uns des problèmes régulièrement rencontrés avec ces trépieds premiers prix. N’oubliez que vous fixez sur votre trépied un appareil photo et un objectifs qui coûtent souvent des centaines voire des milliers d’euros. Ça serai dommage que tout se retrouve par terre a cause d’un trépied de piètre qualité.

Je ne pense pas qu’on puisse trouver un trépied sur lequel vous puissiez compter de longues années sous les 70 ou 80 euros. Bien sûr, plus il sera cher, plus il est probable que le trépied soit de meilleure qualité, plus léger, plus stable avec plus d’options.
Il ne faut a mon sens pas hésiter a investir un peu (beaucoup) d’argent dans un trépied, simplement car ce n’est pas un accessoire hautement technologique. Ainsi en prenant un trépied de qualité il y a de forte chance de le garder de longues années sans que ses performances ne deviennent obsolètes.

Poids du trépied

Avoir un trépied léger est évidement avantageux en photo nature. Il se fera ainsi moins sentir lors de promenades en pleine nature et ainsi on se posera moins de questions avant de l’emmener. D’un autre côté un trépied léger risque d’être moins stable, en particulier par vent fort.

Les trépieds en fibre de carbone sont plus légers que ceux en aluminium qui le sont eux plus que ceux en métal … malheureusement, c’est exactement le contraire pour le coût.

Un poids acceptable se situe entre un kilo et un kilo et demi … Au dessus de deux kilo, je pense que le trépied trouverai plus sa place en studio qu’en photo nature.

Les jambes du trépied

Les jambes d’un trépied sont construites en plusieurs parties, 3 à 5 habituellement. Plus de sections signifient un trépied plus compact une fois plié, mais en général moins stable lorsque les jambes sont ouvertes au maximum.

Il existe deux types de système de verrouillage des sections : des clips et des vis. Le choix entre les deux est surtout une affaire de gout personnel. Le mieux reste d’essayer en magasin. A priori un système de clips est plus rapide qu’a vis.

img_77461024px_01

les 3 clips permettent de déployer les 4 sections de chaque jambe

Il est également important d’avoir la possibilité d’ouvrir les jambes à des angles différents pour avoir plus de flexibilité aux endroits où vous pouvez positionner votre trépied. Il faut donc absolument éviter les trépieds dont les jambes sont reliées les unes aux autres qui sont plutôt orientés studio ou vidéo.

IMG_1300_01

Chaque jambe est indépendante

La hauteur du trépied

La hauteur trépied replié est fortement dépendante du nombre de sections des jambes. Plus un trépied est compact plus il sera facile a transporter, vérifiez la place a cet effet dans votre sac…

La hauteur maximale (toutes jambes ouvertes et colonne centrale déployée) du trépied est également importante. On utilise pas tout le temps cette configuration, mais dans certains cas, ça peut être vraiment utile. Cependant, il n’y a pas besoin d’avoir une hauteur maximale trop importante. Le sommet de la tête devrait être quelque chose comme 10 cm en dessous du niveau de l’œil du photographe (ainsi le viseur de l’appareil tombe juste au niveau des yeux).

 

Charge maximale

C’est la masse que le trépied peut supporter (boitier + objectif). De préférence (et par soucis de sécurité), il vaut mieux éviter les trépieds qui ne peuvent supporter moins de 4 Kilos.
Même si vous ne disposez actuellement que d’un appareil photo reflex de base et d’un objectif léger, il vaut mieux voir un peu a long terme :  il y a une chance que vous achetiez a l’avenir des objectifs ou un appareil plus lourd.
Quoi qu’il en soit il vaut mieux toujours avoir de la marge pour pouvoir ajouter du lest si vous le souhaitez (votre sac à dos ou des pierres, par exemple) si vous voulez gagner en stabilité.

 

La tête du trépied

La tête est la partie qui relie le trépied a l’appareil photo et donne la possibilité de positionner celui ci avec précision pour composer au mieux la photo. Il est possible d’acheter la tête séparément, mais pour un premier achat un kit trépied + tête est souvent avantageux.

Il existe principalement deux types de têtes : les têtes a rotule 3D et les celles a rotule sphérique (a boule ou a balle ou encore « ball head » selon les appellations).
Les têtes 3D utilisent deux poignées rotatives pour positionner l’appareil latéralement et de haut en bas. Ce type de tête est avantageux pour les tournage de vidéos par exemple. En photographie, je pense qu’il vaut mieux une une tête sphérique qui dispose d’une seule poignée qui permet de positionner l’appareil rapidement et précisément dans toutes les directions.

IMG_1296_02

une tete sphérique avec sa poignée unique

Les pieds du trépied

Les trépieds les plus basique sont simplement fourni avec des pieds en plastique. Si on monte un peu en gamme on peut avoir un système de pieds en caoutchouc escamotables qui laissent la place a des pointes métalliques plus efficaces sur des surfaces comme la terre par exemple. Les trépieds plus haut de gamme offrent même différentes solutions interchangeable en fonction de la situation, avec par exemple des pieds plus adaptés aux surfaces vraiment moles (sable, neige…).

img_77471024px_01

en vissant les pieds en caoutchouc on laisse apparaître des pointes métalliques plus adaptées aux surfaces meubles.

En plus

Il existe d’autres options ou fonctions bien utiles qui pourront vous aider dans votre choix :

  •  Un crochet situé sous la base de la colonne centrale qui permet de suspendre un lest (votre sac exemple), et ainsi d’augmenter la stabilité du trépied en augmentant sa masse.

    IMG_1299_01

    Un sac suspendu sous le trépied

  • Certains trépieds permettent d’inverser la colonne centrale et ainsi de positionner l’appareil vraiment au raz du sol entre les jambe, utile pour certains cadrage spéciaux.
  • Niveau a bulle sur le trépied lui même pour vérifier qu’il est bien droit et diminuer le risque de chute et sur la tête pour vérifier que l’horizon de vos photo sera bien droit.

    IMG_1295

    niveau a bulle sur la tête du trépied

 

En plus de tout cela, faite aussi confiance a vos impressions : N’hésitez pas a ouvrir et fermer le trépied, vérifier toutes les fonctions le manipuler, y fixer votre appareil avant l’achat. Ça doit vous sembler facile et rapide et inspirer confiance. Seulement si vous vous sentez bien, allez-y. Si vous avez un doute, vous devriez chercher un autre modèle.

Voila, vous savez tout, il ne vous reste plus qu’a vous rendre dans votre magasin préféré et dépenser votre argent !

Bonnes photos !

7 Commentaires

  1. Pingback: Comment bien choisir son trépied pour la photo nature – Israel Nature Photography by Ary – Aventure Reflex

  2. Howen

    Salut Ary,
    Ca faisait un bail que je n’avais plus rien lu de toi.
    Je partage tout ce qui a été dit ici.
    Je voudrais peut-être ajouter que les pieds, c’est un peu comme les sacs : il en faudrait plusieurs selon l’usage du jour…
    Moi, j’en 5 ou 6…. mais seulement deux dignes d’intérêt. Les autres sont à peine bon à tenir un flash…. Eh oui…
    Dire aussi que le mieux, c’est de ne pas (trop) sortir la colonne centrale qui augmente, elle aussi, le risque de vibration.
    Et également, rappeler que quand on travaille sur pied, qu’il faut mettre les anti-vibration du boitier sur « off »… vu que cet article est certainement destiné à des personnes qui n’ont guère d’expérience avec cet accessoire…
    Cordialement,
    A +
    Howen

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      et oui, il est parfois difficile de tenir un rythme soutenu sur le blog en plus de deux activités pro et d’une vie de famille…
      Tes remarques sont tout a fait pertinente… elle me donne d’ailleurs une bonne base pour écrire un prochain article… des que j’ai le temps ! 😉
      A bientôt !

      Répondre
  3. p'titJo

    Un accessoire bien utile dans beaucoup se situations….et indispensable pour éviter les flous de bouger en pose longue….
    Très bon article.
    A+ Ary

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      merci p’titJo !

      Répondre
  4. Anne LANDOIS-FAVRET

    Ton article est complet, et je pense qu’il va bien aider les personnes qui hésitent à faire leur choix. Tu as raison, c’est aussi une histoire de ressenti, si on ne le sens pas, ça ne sert à rien !
    La désactivation des stabilisateurs des objectifs est importante effectivement, sinon l’objectif pas créer des vibrations n’en trouvant pas !

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      Merci Anne, et merci pour le rappel pour la stabilisation… je le rentrerai sur un autre article surement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *