Israel Nature Photography by Ary

Sorties dans la réserve de Pura

La réserve de Pura située entre Kiriat Gat et Beer Sheva, dans le nord du district Sud d’Israël est un endroit méconnu et pourtant plein de ressource pour les photographes nature. Agréable en toute saison, cette réserve naturelle offre des paysages, faune et flore qui changent radicalement tout au long de l’année.

J’ai eu l’occasion de m’y rendre plusieurs fois ces derniers mois, seul ou accompagné d’autres photographes, en journée, de nuit ou a l’aube. De quoi vous faire un petit compte rendu en photo, avec pour la première fois aussi des photos d’une de mes élèves, Shira… (comme d’habitude n’hésitez pas a cliquer sur l’une d’entre elle pour l’agrandir et ouvrir la galerie)

En se baladant dans cette réserve on peut découvrir 3 centres d’intérêt principaux au fur et a mesure de la visite :

Le lac saisonnier

Tout d’abord, si vous parcourez la réserve durant l’hiver ou le début du printemps, vous pourrez profiter d’un lac saisonnier. Immense a la fin de l’hiver, il est totalement a sec durant l’été.

Ce lac est le repère privilégié de nombreux oiseaux et abrite aussi des colonies de grenouilles. Il n’est par rare d’y croiser sur ses rives, campeurs et promeneurs a pied ou a vélo.  Mais le lac peut atteindre une taille tellement grande, qu’on a jamais l’impression de perdre tranquillité ou sérénité.

Les ruines du pont de chemin de fer

En dépassant le lac, on traverse alors une petite foret qui abrite d’ailleurs quelques cours d’eau qui alimentent le lac. En sortant de cette foret on arrive a de de vastes prairies. En longeant un chemin entre la foret et la prairie, on débouche naturellement sur les ruines d’un pont de chemin de fer datant de l’empire ottoman. Il ne reste plus trace des rails, mais on devine assez aisément les arches du pont qui enjambais il y a quelques dizaine d’années la rivière qui alimente en hiver le lac. Malheureusement cette rivière est actuellement la plupart du temps a sec et, a par durant quelques rares crues, ne mesure que quelques mètres de large, et peut être traversée a pied.

L’arbre solitaire

Depuis le pont on peut déjà apercevoir en haut d’une colline un arbre solitaire assez impressionnant. Distant de quelques centaines de mètre, on peut y accéder après une marche de quelques minutes a travers la prairie. On parvient a l’arbre lui même en montant en haut de sa colline (un chemin y monte par l’arrière). En plus de cet arbre magnifique, ce point de vue en hauteur offre un panorama vraiment spectaculaire sur toute la campagne environnante.

 

Une végétation changeante

Selon la saison de la visite dans la réserve, la végétation changera du tout au tout. Verdoyante et fleurie en hiver elle devient aride en sèche en été.

 

Alors cette petite visite vous a convaincu ? Une balade a Pura vous tente ? N’hésitez pas a laisser vos impressions en commentaires.
N’hésitez pas non plus a me contacter pour y organiser une sortie photo nature.

6 Commentaires

  1. pyrros

    Je ne doute pas que cette sortie fut passionante 😉
    Je suis surpris de voir des paysages aussi verdoyant, pensant innocemment que la région était très aride.

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      C’est la magie du coin, en l’espace de 2 mois les paysages changent du tout au tout. De vert à brun. Les premiers temps c’est vraiment très surprenant d’ailleurs.

      Répondre
  2. p'titJo

    Que te dire Ary…..de superbes clichés !
    Merci pour ce magnifique voyage.

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      et merci a toi pour ce commentaire ! content que ça te plaise !

      Répondre
  3. Anne LANDOIS-FAVRET

    Cette réserve est très belle et les changements visuels d’une saison à l’autre doivent être saisissants ! J’aime beaucoup cet arbre solitaire, digne d’un vieux Tim Burton !

    Le vieux pont de chemin de fer ottoman est un beau site archéologique, ça doit être très instructif en terme d’histoire.

    Répondre
    1. Ary (Auteur de l'article)

      oui, les changements sont assez troublant, par exemple, c’est marrant de retrouver certains arbres les pieds dans l’eau alors qu’on s’y était abrité du soleil quelques mois avants.
      Les sites archéologiques ne manquent pas par ici, il y en a de toutes les époques et de toutes les civilisations, il y a qu’a se pencher !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *